Imprimer

L’arbre à histoires des colos et centres de loisirs
Des+ de 13 ans

L'énigme de la rivière


- Elle doit être cachée dans un buisson, derrière la colline ! Dépêche-toi Javier !
Noah est essoufflé, mais sa foulée ne faiblit pas. Derrière lui le talonne Julie, dont les joues sont rougies par l’effort. Quelques mètres plus loin, Javier commence à fatiguer, cela fait bientôt une heure qu’ils courent.
- Allez Javier, on y est presque ! l’encourage Julie. C’est la dernière balise qu’on doit trouver, je suis sûre qu’on a nos chances d’arriver en tête… Je n’ai pas encore entendu la corne de brume qui signale le premier vainqueur.
Les trois coéquipiers ont déjà trouvé presque toutes les balises cachées dans la forêt ; la course d’orientation organisée par la colo était vraiment une épreuve faite pour ces trois sportifs ! Dans cette course contre la montre, chacun avait pris son rôle très au sérieux : Javier décrypte la carte avec précision, Julie lit la boussole sans perdre de temps, et Noah analyse en détail le terrain.
- Il faut continuer un peu, dit Javier, qui commence à retrouver son souffle. D’après la carte, je pense qu’on pourra commencer à chercher dès qu’on aura atteint la rivière. A ce moment-là, il faudra faire quelques pas vers le sud, et on pourra fouiller dans les buissons qui se trouvent entre la pierre en forme de grenouille et l’arbre à double-tronc.
Les trois coureurs redoublent d’effort pour se rendre au bord de la rivière au plus vite. Une fois là-bas, Julie se met à chercher sans attendre en se faufilant dans les buissons.
- Attendez, arrêtez-vous ! crie Noah. Regardez la rivière, elle a une drôle de couleur, non ?
Devant eux, la rivière qui coule a une étrange couleur… Elle est teintée d’un jaune presque phosphorescent.
- Mais oui, c’est bizarre ! Julie s’est arrêtée aux côtés de ses deux amis, les sourcils froncés, elle en oublie presque la course. Je n’ai jamais vu ça, vous savez ce que c’est ?
- Non, lui répond Javier. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça n’a pas l’air très naturel, non ?
- On a qu’à aller voir plus haut d’où ça vient, propose Noah.
- Je suis partant, dit Javier. Il faut vraiment que l’on s’assure qu’il n’y a pas un grave problème. Cette eau ne me semble pas très bonne pour l’environnement !
La fatigue de Javier semble s’être éteinte, étouffée par sa colère.
- Mais… et la dernière balise ? Si on ne rentre pas maintenant, on perd notre place de vainqueurs !
Julie, avec son esprit de compétition, hésite à suivre Javier et Noah.
La curiosité de Noah le pousse à répondre à Julie :
- C’est pas grave Julie ! Je suis sûr qu’avec l’avance qu’on a, on pourra quand même gagner.
- Bon d’accord… Je veux bien vous suivre !
- Alors allons-y ! La nature est plus importante que notre course ! dit Javier en prenant la tête du groupe.


Lire le chapitre précédent
Andréa , Lire et faire lire (91)
le  05/06/2018 à 15:44
3 j'aime
443 lectures
Après cette étrange découverte, Julie, Javier et Noah suivent la coulée de la rivière en sens inverse.
Ils montent, montent. Et plus ils montent, plus ils trouvent des choses de plus en plus étranges dans cette rivière.
- Les gars ! dit Julie. Regardez !
- Mais c'est horrible ! s'exclame Javier.
- Les poissons sont en train de mourir. C'est horrible ! réplique Noah. Il faut faire quelque chose !
- Oui il faut faire quelque chose mais pas que, dit Javier. Il faut trouver quelle est la chose qui a pu produire un tel désastre.
- Et la course ? Tout le monde va nous dépasser et je ne supporte pas de perdre ! dit Julie.
Javier, lassé que Julie soit égoïste, lui fait comprendre :
- Julie ! Arrête de ne penser qu’à toi un peu, et pense aux gens qui habitent sur cette planète et ainsi que les animaux ! Des courses ? Il y en a beaucoup. C'est des choses que l'on peut programmer à n'importe quel moment. Mais l'environnement de la planète ne peut attendre. La planète attend juste que quelqu'un prenne soin d'elle, c'est tout !
- Oui, Javier a entièrement raison, dit Noah. Si tu veux faire ta course, va la faire ta course, mais quand tu auras besoin d'aide et que personne ne voudra te donner un coup de main, il ne faudra pas t'étonner pourquoi Julie. Tu es trop égoïste !
Julie est touchée par les paroles de Javier et Noah dit :
- Vous avez raison, après tout, une course, c'est juste tu cours pour gagner. Mais la planète elle ne peut pas attendre d'être sauvée. Il faut agir vite !
J'aime

Les suites proposées par les jeunes auteurs :

Andréa , Lire et faire lire (91)
le  05/06/2018 à 15:45
1 j'aime
363 lectures
Pas de temps à perdre, vite ! Des dizaines d'animaux aquatiques sont en train de prendre cher ! crie Noah.
Au loin, ils voient des barils très suspects.
- Là ! dit Julie. Il y a des barils étranges avec un logo étrange dessus !
- Ce logo me dit quelque chose ! dit Noah. Javier, tu as ton téléphone ?
- Bah oui toujours, répond Javier, ce n'est pas une question à poser au plus grand informaticien du monde, dit-il en se vantant.
- Et après, on dit que c'est moi l'égoïste, dit Julie, désespérée de Javier.
- Heu... Javier les chevilles, elles ne gonflent pas trop ? dit Noah.
- Maintenant que tu le dis, je pense que si.
Les deux garçons ricanent.
- STOP ! Arrêtez de plaisanter ! dit Julie en criant pour faire arrêter les garçons de dire des âneries. Javier, débloque ton téléphone et passe-le moi.
- Pourquoi faire ? dit Javier.
- Pour scanner le logo sur Internet gros béta, dit Julie.
- Ahhhh OK, tiens, répond Javier. Et je ne suis pas bête !
- Si, quand même un peu beaucoup, dit Noah pour plaisanter.
Julie scanne le logo sur Internet, et elle est surprise du logo.

Proposer une autre suite...

Renouveler

* Champs obligatoires

en partenariat avec